L’architecte Philippe Barrière signe le projet «la colline aux oliviers» en Tunisie

L’architecte Philippe Barrière signe le projet «la colline aux oliviers» en Tunisie

ÉCRIT PAR Ons Larguech

La colline aux oliviers est un complexe de la vie rurale commandé par le gouvernorat de la Manouba/délégation de Jedaida et la Société de promotion immobilière, Le Mont Fleury Groupe Bayahi. Le projet a été dessiné par PB+CO ou Philippe Barrière Collective TN, une agence d’architecture internationale fondée par l’architecte, urbaniste, critique d’architecture et historien de l’art Philippe Barrière.

Le projet s’implante sur une colline près de la Medjerda à la limite sud-ouest de la ville de Jedaida. Le centre se présente comme un parc habitable au milieu d’un domaine d’oliviers de 30 hectares. Il intègre un nombre de structures fonctionnants ensemble tel un écosystème unique, à savoir: une école primaire, des unités de logement social, une piscine naturelle, une Mosquée et un jardin botanique. Par l’ajout du jardin botanique, le parc deviendra une réserve verte distinguée par un microclimat local propre à elle.

Découvrons ensemble quelques entités du projet:

//Logement Social 

L’objectif majeur de ce parc semi-rural/semi-urbain est d’offrir une alternative à la croissance périurbaine à proximité. Pour ce faire, un aménagement respectueux de l’environnement introduit l’oliveraie dans la vie active des habitants; les unités d’habitations sont de tailles réduites et se déclinent en plusieurs pavillons individuels de manière à s’adapter à la grille des 4 475 oliviers existants et de permettre l’aménagement d’espaces communs entre elles. À l’intérieur du parc, le déplacement se fait à pied, les routes de service et le stationnement sont aménagés en périphérie. L’emploi de l’architecture hybride pour les logements incorpore un procédé bioclimatique; l’usage de l’énergie solaire passive par le biais de galeries profondes et de protections pour les toitures, l’aménagement de protections solaires sous forme de moucharabieh modulables, l’emploi d’une ventilation transversale dans toutes les pièces …etc.

//Piscine naturelle Lilu 

La piscine naturelle Lilu est un complexe aquatique de 1000 m2 qui comprend une piscine, un hammam, un club de santé et un café biologique. C’est un centre de rencontre et de partage attractif pour les habitants. L’ensemble fonctionne par un système de récupération et de filtrage des eaux pluviales. Ainsi, la piscine est alimenté exclusivement en eau naturelle, purifiée par des plantes et ne nécessitant aucune addition chimique. La structure du complexe se compose de 3 voutes qui s’entrecroisent gracieusement pour créer une forme unique et continue. Cette forme résulte d’une recherche paramétrique basée sur l’approche Thrust-Network qui explore intuitivement des structures résistantes à la compression. La piscine sera principalement construite en pierres récupérés des ruines existantes sur le site ainsi que de roches locales et de gravier. La construction ne nécessitera donc pas de béton.

//Mosquée Mahmud Qabadu 

Afin de refléter l’importance que joue l’Islam dans le quotidien de la communauté, la mosquée est pensée comme un repère religieux et urbain central dans le projet. Pour remplir cette fonction signalétique, l’équipement est implanté sur les deux axes principaux du complexe à l’intersection du parc rural et de l’artère commerciale principale ainsi que des deux places piétonnes urbaines. Deux plans d’eau déterminent le périmètre de la mosquée. Ils marquent physiquement le passage de l’espace profane à l’espace sacré en séparant le lieu de culte du parc et de la rue principale. Dans les mots de Philippe barrière : ‘’Les bassins coulent du lieu de culte à l’origine du système d’irrigation, suggérant le lien sublime entre la nourriture de l’âme et celle de la terre.’’ La structure de la mosquée se compose d’une association de voutes conçue de la même manière que la structure de la piscine. Ses parois sont une réinvention du moucharabieh, elles deviennent poreuses vers le haut et laissent passer le vent et la lumière. Le bâtiment respire naturellement.

//École primaire Khayr Al-Din

L’école est prévue pour accueillir 300 élèves. Elle interagit avec son environnement immédiat et se présente comme l’un des maillons forts de la chaine qu’est le projet ; Elle adopte les différentes structures qui l’entourent (Le jardin botanique, le centre culturel, la piscine et les terrains de sport) et se transforme en un espace éducatif pluriel et interactif favorable à l’éducation et l’éveil sensoriel chez l’enfant.  Les élèves jouent un rôle actif dans l’entretien de leurs espace d’habitation ‘’Le Parc’’; Ils apprennent à cultiver des fleurs et à prendre soin des arbres. Les salles de classe se déclinent en deux entités et bénéficient d’une structure innovante inspirée des ‘’Ganarias’’ tunisiennes. Cette structure sert à la fois de zones tampons bioclimatiques abritant les salles de classes mais aussi d’espace polyvalent supplémentaire.

À découvrir aussi
ideo facebook