«Les femmes d’Alger (Version O)» de Picasso: l’histoire derrière le tableau le plus cher du monde

«Les femmes d’Alger (Version O)» de Picasso: l’histoire derrière le tableau le plus cher du monde

ÉCRIT PAR Inès Ben Azouz

«Guernica», «Les Demoiselles d’Avignon»... Picasso est une figure incontournable du monde de l’Art. Mais connaissez-vous vraiment l’histoire qui se cache derrière «Les Femmes d’Alger (Version O)», la toile la plus chère jamais vendue aux enchères?

//Une œuvre inspirée par Delacroix

Après «Femmes d’Alger dans leur appartement» réalisé en 1834, le peintre français Eugène Delacroix présente en 1849 une seconde version de ce tableau, «Femmes d’Alger dans leur intérieur», aujourd’hui exposée au musée Fabre de Montpellier. La toile est plus petite, le décor plus sombre.

C’est de cette œuvre que s’est inspiré Pablo Picasso pour réaliser en 1955 une série de 15 toiles avec chacune une lettre allant de «A» à «O». Revenant d’un voyage au Maroc en 1954, Picasso choisit spécifiquement cette toile parce que l’Orient et ses couleurs chatoyantes l’ont charmé. Mais Picasso est aussi un éternel romantique. La femme de profil sur le tableau ressemble à son épouse de l’époque, Jacqueline.

C’est pourtant en hommage à son ami Henri Matisse, peintre et immense coloriste décédé en novembre 1954 que Pablo Picasso a réalisé cette série.

//Pourquoi ce tableau est-il le plus cher jamais acquit lors d’une vente aux enchères?

Le 15 mai 2015, «Les Femmes d’Alger (Version O)», de Pablo Picasso a été adjugé, en seulement 11 minutes, à 179,36 millions de dollars (soit environ 125 millions d’euros) lors d’une vente aux enchères chez Christie’s à New York.

Les raisons d’une telle somme sont multiples. D’abord, c’est un grand tableau : 1,14m x 1,46m. Il n’en existe que très peu de ce format sur le marché. Ensuite, sur les quinze tableaux de la série, 10 sont dans des musées. Enfin, un détail de grande importance pour les collectionneurs, ce tableau n’a eu que deux propriétaires depuis 1955. Exposé une première fois en 1955, le tableau échappe ensuite aux yeux du public. Les époux Victor et Sally Granz, un couple de New-Yorkais passionnés d’art, l’achètent en 1956. Il faudra attendre 1997 pour voir la toile refaire surface sur le marché de l’art. Elle est alors adjugée pour 28 millions d’euros, le triple de son estimation, à un milliardaire anonyme. En 2008, le tableau est prêté au musée du Louvre. Un prêt qui n’a fait qu’augmenter sa valeur pour lui faire battre un record en 2015…

pub TU ramadan
À découvrir aussi
TU RAMADAN