Sonia Ben Slimane, une artiste entre Copenhague, Paris, Tunis!

Sonia Ben Slimane, une artiste entre Copenhague, Paris, Tunis!

ÉCRIT PAR Edia Lesage

Sonia Ben Slimane est une jeune artiste discrète et souriante qui s’exprime par la peinture et la céramique. Portrait!

Installée à Copenhague, sa ville d’adoption, elle était en janvier 2020 la plus jeune exposante de la Lorien gallerie à Frederiksberg, l’un des beaux quartiers de Copenhague à l’occasion du New Years galla. Elle était aussi la plus jeune exposante de la galerie Roubtzoff à La Marsa pour l’exposition de groupe «action et interaction» toujours au mois de janvier.

Portrait – © Sonia Ben Slimane

Son itinéraire est original. Après le lycée elle se dirige d’abord aux ateliers de Sèvres, à Paris. Elle intègre l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts de Limoges, intéressée par la formation en porcelaine. Revenue en Tunisie, elle décide sur le conseil d’une amie de continuer ses études à Copenhague et d’y suivre les enseignements de la Kunstkole akademie. Le format des études lui plaît, des modules de six mois sont proposés avec des pauses que l’on peut se ménager pour apprendre le danois et toute autre activité. Elle évolue dans les différents ateliers de l’école pendant trois ans. Elle y produit ses premières œuvres de peinture. Elle adhère à «immart», un collectif d’artistes venant de tous pays et qui se réunit une fois par mois pour faire «le point» sur les projets artistiques des uns et des autres. Elle participe ainsi à la vie artistique danoise.

En 2018 elle expose ses peintures à la galerie Alain Nadeau à Gammarth. En 2019, elle présente des céramiques à l’atelier d’Ymen Berhouma ainsi qu’à Paris, à la galerie Lalalande. En septembre, cette galerie la présente à la Beirut Art Fair avec un tableau et quelques céramiques, qu’elle vend. Elle participe aussi au salon international de céramique contemporaine à Tunis , au palais Kheireddine d’octobre à novembre 2019.

A Copenhague, Tina Vehage Lorien est une galeriste avisée et ouvre ses portes aux jeunes. Elle remarque Sonia lors des réunions de «immart» et lui propose de participer à l’exposition collective annuelle. Les œuvres de Sonia Ben Slimane où un petit diable rouge marque souvent sa présence, sont fluides, légères et graphiques.

Sonia ne grandit pas à l’ombre de son père, le grand céramiste Khaled Ben Slimane et elle est très reconnaissante envers ses parents pour leur soutien indéfectible .Son souhait est de continuer à peindre et à faire de la céramique et de réaliser une exposition personnelle. A Tunis , là où tout a commencé .

À découvrir aussi
pub ideo