Découvrez ces artistes et designers tunisiens qui lancent des initiatives solidaires

Découvrez ces artistes et designers tunisiens qui lancent des initiatives solidaires

ÉCRIT PAR Edia Lesage

“La solidarité est la tendresse des peuples “ Tomas Borge. Dans un article du 4 mai paru dans le journal «La Presse» intitulé «Hauts les masques! Les facettes lumineuses du confinement» la journaliste Olfa Belhassine nous racontait comment sa mère, Nozha Belhassine ainsi que d’autres personnes avaient ressorti leur machine à coudre Singer pour fabriquer des masques en tissu, pour leurs proches, leurs voisins , leurs amis puis de «fil en aiguille si l’on peut s’exprimer ainsi» la municipalité de La Marsa …

Ces «initiatives solidaires» sont nombreuses et les artistes font preuve d’inventivité et proposent leurs masques:

//L’opération « masquées et solidaires » lancée conjointement par l’association «Aafcar», «Naksha handcrafted» et «Gypset» a commencé le 20 avril en proposant des masques alternatifs lavables qui viennent en complément des mesures d’hygiène et de distanciation actuellement en vigueur pour lutter contre l’épidémie. Ils sont vendus par paquets de 4 masques au prix de 25 dinars. La totalité des bénéfices est versée aux artisanes privées de ressources en raison des mesures de confinement. Cette initiative a élargi ses horizons à New York grâce à Elyssa Koepp, étudiante en Sciences Politiques à McGill.

Masquées et solidaires

//Héla Ammous est une artiste qui puise dans les fragments du quotidien pour en produire des œuvres d’art. Depuis deux ans, elle travaille sur son projet «Hob»: «Love» et recueille des mots fleuris dans des calligraphies délicates  dont elle orne les vêtements qu’elle crée: «amour», «jaou», «souriez» , «Tunisie» autant de mots qui célèbrent la joie d’être ensemble .

Masque Hela Ammous Ahkili
Masque Hela Ammous Ahkili

Aujourd’hui, pour la citer: «les mots ne semblent plus revêtir le même sens et sont en quête de redéfinition». Dire «je t’aime» est souvent synonyme d’éloignement. Les masques en tissu qu’elle propose sont ornés de messages différents. Elle a participé à la campagne de dons lancée par Manel Amara pour l’hôpital Salah Azaïez dans le cadre de l’association «One Day One Dream» et à la première cellule d’écoute de soutien psychologique créée en Tunisie et dans le monde arabe, «Ahkili ». Elle continue sur sa lancée à recueillir des mots nouveaux et des cœurs afin de les coudre sur ses masques en tissu.

//Nadia Khebour, avec sa marque «Bag’azen accessoires » , qui décline une ligne de prêt à porter et d’accessoires fait de même avec des mots qui chantent la bonne humeur et votre expression favorite: «Wow», «Otokotok» , «Ababab» en ces temps moroses.

Bag’azen accessoires

//Mariem Sraïeb et six jeunes créateurs bénéficiaires du projet GTEX-MENATEX Tunisie se sont mobilisés pour fabriquer des masques, bavettes lavables et réutilisables qui respectent les conditions de sécurité. Ces masques sont destinés au staff médical de deuxième ligne, ainsi qu’aux professionnels qui continuent à exercer leurs activités (livreurs, agents de police, etc.…). Le premier bénéficiaire a été le centre de la moelle osseuse de Menzel Bourguiba.

GTEX MENATEX TUNISIE

Le port du masque fera désormais partie de notre quotidien. Les artistes sont là pour le réinventer.

*Attention : il est recommandé de changer les masques en tissu toutes les 4 heures et de les laver à 60 degrés .

 

 

 

À découvrir aussi