Les yeux du lycée Gustave Flaubert par l’artiste Dan 23

Les yeux du lycée Gustave Flaubert par l’artiste Dan 23

ÉCRIT PAR Edia Lesage

Pour les soixante-dix ans du lycée Gustave Flaubert, Daniel Bussière connu sous son nom d’artiste Dan 23 ajoute des yeux aux murs de l’établissement et ces yeux regardent ceux qui les regardent.

Mandaté par Mehdi Ben Cheikh, ancien élève du lycée et galeriste de Street Art à Paris, Dan 23 a travaillé pendant une semaine entière en toute discrétion, à l’intérieur du lycée. S’il n’a pas pu peindre sur tous les murs qu’il aurait choisis, ses yeux reconnaissables se sont cependant ouverts dans des endroits stratégiques, au grand plaisir des élèves et des enseignants.

Dan 23 habitait chez Gérard Istria, qui était le Conseiller Pédagogique du lycée à l’époque de Mehdi ben Cheikh et qui n’a laissé que de bons souvenirs à ceux qui l’ont connu.Daniel Bussière a donc vécu pendant cette semaine une histoire de contacts humains, dont il est friand.

L’artiste a commencé à peindre dans les rues de Strasbourg, sa ville, après avoir ouvert en 2006 sans succès, une galerie. Il s’est fait connaître grâce aux réseaux sociaux (facebook et instagram) et il dit d’ailleurs «Ce sont les réseaux sociaux qui font connaître les œuvres de street art  et les démocratisent». Il a accompagné ensuite des musiciens dans des concerts et des festivals pour réaliser des «live paintings». Puis, en 2013, il revient dans la rue en plaçant ça et là des portraits de personnages emblématiques tels que Rosa Parks, Gandhi, Nelson Mandela …Ce qui le fait remarquer par les établissements scolaires qui lui passeront des commandes.

Le projet hors normes de «la tour 13» orchestré par Mehdi ben Cheikh amène l’artiste hors de la ville de Strasbourg et le fait accéder à la renommée internationale. «Quand j’ai fait le projet «Tour Paris 13», j’ai rencontré plein de gens, vu plusieurs techniques et je me suis dit qu’il fallait que je trouve une technique que les autres n’utilisaient pas. Je suis donc revenu à l’aquarelle, que j’avais lâché depuis 10 ans, qui était à la base ma technique de prédilection».

Il peint à l’encre des yeux à Casablanca (ville où il a été invité plusieurs fois) il participe à Djerbahood et, connu dans la rue, revient créer un show room dans la grand rue à Strasbourg , dénommé «open your eyes».

«Ses yeux sont l’émanation du mur» dit Mehdi ben Cheikh, l’ancien élève du lycée que l’on doit remercier de sa participation visible, efficace et visuelle à la commémoration du soixante-dixième anniversaire de l’établissement.

pub TU ramadan
À découvrir aussi
pub TU