Une participation remarquée du cinéma tunisien à la Mostra de Venise 2019

Une participation remarquée du cinéma tunisien à la Mostra de Venise 2019

ÉCRIT PAR Amine Rouissi

La Tunisie sera largement représentée dans quelques semaines, à partir du 28 août, à l'occasion de la Mostra de Venise. Ce 76e rendez-vous du prestigieux festival cinématographique verra les talents tunisiens investir diverses sections et jurys du festival. Ideo magazine vous en dit un peu plus sur la participation tunisienne!

Aux côtés de Hend Sabri qui fera partie du jury du Prix Luigi De Laurentiis du premier long métrage, trois films tunisiens seront présents dans les différente sections de la Mostra de Venise. Le plus ancien festival de cinéma au monde, fête sa 76e édition qui se déroulera du 28 août au 7 septembre prochains.

Affiche de «Un Fils » ou «بيك نعيش»

En compétition officielle, la section «Orizzonti» accueille le jeune réalisateur tunisien Mehdi M. Barsaoui avec son premier long métrage «Un Fils » ou «بيك نعيش». La fiction est une coproduction tunisienne de Cinétéléfilms et française avec Dolce Vita Films et 13 Productions. Elle réunit à l’écran Sami Bouajila, Najla Ben Abdallah, Youssef Khemiri, Noomen Hamda, Slah Msaddek et Mohamed Ali Ben Jemaa.

L’intrigue se déroule en Tunisie, l’été 2011. Fares et Meriem filent des jours heureux avec Aziz, leur fils de 11 ans. Durant un séjour dans le sud du pays, un événement vient changer le cours de leur vie. Alors qu’une course contre la montre s’enclenche, des vérités longuement enfouies commencent à refaire surface.

Affiche de « Les épouvantails »

Dans la section non-compétitive, Sconfini , qui regroupe des oeuvres sans distinction de genre, de durée ou de destination, nous détectons la présence du dernier film de Nouri Bouzid. Dans « Les épouvantails », le casting comprend Nour Hajri, Afef Ben Mahmoud, Joumene Limam, Mehdi Hajri, Sondos Belhassen, et Fatma Ben Saïdane.

Le drame revient sur deux jeunes femmes, Zina et Djo, de retour en Tunisie du front syrien où elles ont été séquestrées et violées. Elles font face à une reconstruction longue et pénible freinée par la violence de proches, du regard tenace des réseaux sociaux, et de mal-être.

Affiche de « Un divan à Tunis »

Aux journées des auteurs, la cinéaste franco-tunisienne Manele Labidi présentera son premier long métrage « Un divan à Tunis ». Tourné en Tunisie en 2018, Golshifteh Farahani est la tête d’affiche d’un casting composé de Hichem Yacoubi, Majd Mastoura, Amen Arbi, Feryel Chammari, Moncef Anjegui, Ramla Ayari et Aicha Ben Miled.

Le scénario écrit par Manele Labdidi est centré sur Selma, 35 ans, qui ouvre son cabinet de psychanalyse dans une banlieue populaire de Tunis, au lendemain de la révolution. Malgré des débuts mouvementés, la demande s’avère importante dans ce pays schizophrène. Alors que Selma commence à trouver ses marques, elle découvre qu’il lui manque une autorisation de pratique indispensable pour continuer le cabinet. Dans sa quête administrative, Selma va devoir renouer avec un passé qu’elle croyait derrière elle.

Comme Kaouther Ben Hania lors de l’édition précédente, Hend Sabri fera partie du jury de la compétition”Luigi De Laurentiis” également intitulé “Lion du futur”. Attribué depuis 1999, ce prix récompense un premier long métrage parmi les sections officielles et parallèles.

Pour en savoir plus sur ‘Un Fils’ par ICI

Pour en savoir plus sur ‘Les épouvantails’ par ICI

À découvrir aussi