«Ré-existence», le spectacle de danse de Nawel Skandrani clôture le festival de Ramallah au Rio

«Ré-existence», le spectacle de danse de Nawel Skandrani clôture le festival de Ramallah au Rio

ÉCRIT PAR Edia Lesage

La clôture du festival de danse contemporaine de Ramallah (R.C.D.F) du 19 au 29 avril 2018 devait être assurée par la création de Nawel Skandrani «Ré-existence». Faute de visa, la compagnie n’a pu s’y produire. En accord avec le directeur du festival, Khaled Elayyan qui rend hommage à Nawel dans la vidéo ci-dessous, il a été décidé que le spectacle aurait lieu à Tunis au ciné Théâtre «le Rio».

«Ré-existence» est un spectacle scénique, complet, délicat et poétique qui combine danse, théâtre, vidéo, photographie, musique et écriture et a enchanté le public venu nombreux. Il a aussi attiré l’attention de programmeurs de capitales européennes, ce qui laisse espérer que cette création tunisienne pourra voyager à l’étranger.

«Ré-existence» est un néologisme: Il est constitué de deux mots: «résistance» et  «existence». Pour Nawel, danseuse et chorégraphe reconnue qui a notamment dirigé l’éphémère Ballet National il y a quelques années il ne peut pas y avoir existence sans résistance. On résiste pour vivre et non pas pour survivre.

Sur scène, nous voyons vivre des individus aux personnalités multiples qui nous font partager leurs vies et leurs aspirations, leurs rêves, leurs sentiments et leur résistance à travers la danse.

Parfois ces personnalités se regroupent et se disputent, s’aiment, se reconnaissent puis se séparent pour raconter, chacune son tour puis toutes ensemble, leur combat.

Le choix d’un théâtre dépouillé et blanc a permis de laisser la place à la musique, à la danse, à la parole, à la sculpture des corps comme sur une page blanche dans laquelle les costumes des danseurs étaient du reste minimalistes ; «Ils auraient pu être nus», dit Nawel.

Le fond de scène et le sol sont des supports visuels de vidéos de réinterprétation ou de mise en perspective de ce qui se joue. Ces images lentes et aquatiques réalisées par Sergio Gazzo contribuent très fortement à la qualité d’ensemble du spectacle de même que la performance de Jawhar Basti dont la guitare et la voix donnent le rythme et la cadence.

Pour cette performance, Nawel a réuni sur scène des personnes qui ne se connaissaient pas auparavant et qui donnent l’impression, pourtant, de former une compagnie.

«Ré-existence» a pour vocation de tourner à travers la Tunisie. Le 27 juin, il participera à la première édition des Journées Chorégraphiques de Carthage (26 juin/1er juillet). Il est candidat pour participer aux festivals de Carthage et de Hammamet.

L’équipe:

Chorégraphie et Direction Artistique: Nawel Skandrani

Musique et Direction d’acteurs: Jawhar Basti

Vidéo: Sergio Gazzo

Collaboration Artistique: David Brown

Avec (par ordre alphabétique): Houssemeddine Achouri, Haroun Ayari, Achraf Ben Hadj M’barek, Meriem Ben Hamida, Nadia Boussetta, Moayed Ghazouani, Sarra Mokaddem, Malek Zouaïdi

Lumières: Sabri Atrous/Costumes: Nabila Chérif/Scénographie: Malek Ben Khalifa/Production Designer: Sergio Gazzo/Direction Technique: Mich/Communication: Ahlem Ghayaza/Production Exécutive: Malek Ben Khalifa/Régie Plateau, Son et Vidéo: Karama Sayadi/Régie Lumières: Mohamed-Salah Madani/Photos et e-communication: Hend Tekaya

Trailer via ce lien ICI!

Hommage de Khaled Elayyan:

Message de Khaled Elayyan, le directeur du Festival de Danse Contemporaine de Ramallah (RCDF 2018)

Message de Khaled Elayyan, le directeur du Festival de Danse Contemporaine de Ramallah (RCDF 2018).K. Elayyan nous parle de la programmation de "Ré-Existence", qui était prévue ce soir au Palais de la Culture de Ramallah, et qui a dû être annulée à cause des autorités israéliennes.Venez ce soir à 20h00 au ciné-théâtre Le Rio, nous présenterons "Ré-Existence" en hommage à nos amis artistes palestiniens.Vive la Palestine, vive la Tunisie, vive la Danse!

Publiée par Ré-Existence sur samedi 28 avril 2018

 

pub TU 1
À découvrir aussi
ideo facebook