La maison de la culture de Mornag par Arké architectes: quand l’architecture contemporaine met en valeur le patrimoine!

La maison de la culture de Mornag par Arké architectes: quand l’architecture contemporaine met en valeur le patrimoine!

ÉCRIT PAR Khadija Djellouli

Projet inauguré en septembre 2018, la maison de la culture de Mornag est la réalisation de l’agence d’architecture tunisienne Arké. Un lieu de vie et de culture qui se démarque par son mariage réussi entre l’architecture contemporaine et la mise en valeur du patrimoine.

Ville située à la périphérie de Tunis, Mornag connaît son heure de gloire durant le protectorat français. Célèbre pour ses terres fertiles, elle s’est peu à peu développée anarchiquement sans vraiment laisser de place à des lieux de vie communs. C’est à partir de ce constat, qu’un concours national d’architecture fut lancé fin 2013 par le Ministère de la Culture pour essayer de donner vie à un espace dédié aux activités culturelles.

Le site choisi pour cette Maison de la Culture fut l’église de La Cebala de style néo-roman et construite en 1911. Désacralisée au moment du modus vivendi, signé le 10 juillet 1964, entre la république tunisienne et le Vatican, l’église a été cédé à l’état tunisien sous condition de la dédier à des activités culturelles. C’est ainsi que le programme du concours comprenait la restauration de l’église ainsi qu’une extension avec espaces d’exposition, une salle polyvalente, des clubs, une salle de projection…

Maison de la culture de Mornag © arKé

Début 2014, le concours fut remporté par l’agence d’architecture tunisienne Arké incarnée par Karim CHAABANE et Sélim ADHOUM. Un projet audacieux qui choisit de faire dialoguer un édifice à caractère patrimonial avec une extension à l’architecture contemporaine. Chacune de ces deux entités se nourrissant ainsi de l’autre. Car si cette ancienne église appartenait au paysage urbain de Mornag, elle en était presque oubliée et c’est le contraste saisissant entre ces deux bâtiments qui finalement l’a fait revivre. Réciproquement, ce « white cube » comme on tend à l’appeler est certes fonctionnel mais répond également à un besoin de la ville de se moderniser et à mettre en valeur de manière subtile la beauté architecturale de l’église, tel un tableau qui n’existerait pas sans un espace aux lignes épurées.

Nouveau lieu de culte culturel, la Maison de la culture de Mornag est un point d’ancrage dans la ville où le dialogue semble être restauré pour insuffler une fraiche dynamique à la jeunesse tunisienne.

Arké Architectes Associés Karim CHAABANE & Sélim ADHOUM Architectes
Collaborateurs : Chahine TOUMI – Moez JERIDI 
Client : Ministère des Affaires Culturelles 
Concours : 2014
Etude : 2014/2015
Réalisation : 2016/2018
Ingénieur structure : Alpha Engineering / Imed MEBAZAA
Ingénieur électricité : CBH / Hédi BATA
Ingénieur fluides : Polytec Consulting / Abdelhamid TOUIL
Entreprise générale : EGS
Eclairage artistique : Né à Tunis / Chamseddine MECHRI
Crédit photographique : © arKé

 

À découvrir aussi
ideo

Le Goethe-Institut participe au Festival des Jeunes de Kasserine avec un workshop de Rap dirigé par MATHCIMA!

Le Goethe-Institut participe au Festival des Jeunes de Kasserine avec un workshop de Rap dirigé par MATHCIMA!

ÉCRIT PAR La rédaction

Dans le cadre de la 3ème édition du "Festival des Jeunes Kasserine" organisé par «l'Association Septième Dimension pour la Culture et la Citoyenneté», le Goethe-Institut organise un workshop sur le rap dirigé par Hamza MATHCIMA, les 21 et 22 Mars 2019 au Centre Culturel des Arts et Métiers de Jbel Semmama. On vous dit plus sur cet évènement!

Les 21 et 22 Mars 2019, le Centre Culturel des Arts et Métiers de Jbel Semmama inauguré en Octobre 2018 par la Fondation Rambourg, accueille un atelier de rap dirigé par Hamza MATHCIMA et organisé par le Goethe-Institut dans le cadre de la 3ème édition du «Festival des Jeunes-Kasserine» qui se déroule du 22 au 28 Mars 2019 à Kasserine. Ce workshop est une occasion pour tous les adeptes du Hip Hop pour découvrir l’histoire de ce mouvement et du style musical qui lui est associé : le rap. Ce workshop invite tous les jeunes amateurs du Hip Hop et du Rap à venir explorer cet univers, de ses origines jusqu’à sa réalité d’aujourd’hui.

Plus d’infos, ici!

 

À découvrir aussi
ideo

Ne manquez pas le «Free Headwrapping Workshop» organisé par SAMYM!

Ne manquez pas le «Free Headwrapping Workshop» organisé par SAMYM!

ÉCRIT PAR Rania Lahmer

Le Samedi 22 Décembre 2018, se tiendra la 2ème édition de l’atelier d’initiation à l’art d’attacher le foulard, organisé par la marque SAMYM. On vous dit plus sur cet évènement!

Le Head wrap est à la base un mode vestimentaire propre aux femmes africaines. On l’utilisait pour cacher des cheveux non coiffés ou pour d’autres raisons superstitieuses liées à la culture africaine. Mais depuis quelques années, il est devenu une tendance de mode à l’échelle internationale. De nombreuses stars comme Alicia Keys, Inna Modja ou encore Kelly Rowland portent le Head wrap. On trouve de plus en plus de tutorials sur le web sur le headwrapping, qui est la méthode pour utiliser le foulard comme un ornement de tête.

La marque SAMYM avait déjà consacré un 1er atelier au Headwrapping, et il a été un vrai succès. L’enseigne revient cette année avec une 2ème édition de ce workshop d’initiation à l’art d’attacher le foulard, ce Samedi 22 Décembre 2018.

Le temps, d’un après-midi, vous allez pouvoir apprendre les techniques et les différentes manières d’attacher un foulard, le nouer autour de la tête, pour avoir un look stylé et coloré!

Venez nombreux, l’entrée est gratuite mais l’inscription au préalable est obligatoire!

Pour plus d’informations sur cet évènement, cliquez ici!

À découvrir aussi
ideo

L’Association Azzedine Alaïa ouvre une librairie dans la maison du couturier

L’Association Azzedine Alaïa ouvre une librairie dans la maison du couturier

ÉCRIT PAR La rédaction

L’Association Azzedine Alaïa vient d’inaugurer une librairie, un an après la mort du célèbre couturier. Située dans son ancienne maison à Paris qui était également son atelier, l’espace est décoré des pièces personnelles du créateur.

Disparu le 18 novembre 2017, le couturier franco-tunisien Azzedine Alaïa laisse derrière lui une immense œuvre. En hommage à cet amoureux de la culture et des arts, une librairie a été installée au 18, rue de la Verrerie, dans son ancienne maison au cœur du quartier du Marais à Paris. Décorée par le mobilier de l’artiste, on y trouve une bibliothèque et une table signées Jean Prouvé, deux lustres des éditions Serge Mouille ou encore des tables en marbre qu’il avait découverts sur un marché aux poissons. Un magnifique portrait du créateur réalisé par l’artiste Julian Schnabel illumine le lieu.

La librairie propose des livres liés aux travail et à l’univers d’Azzedine Alaïa : la mode, l’histoire de la mode, les expositions dédiées à diverses disciplines de l’art ainsi que des livres consacrés aux créateurs qu’il aimait comme Dior ou Balenciaga.

À découvrir aussi
ideo

Suite numérique: l’exposition de l’artiste Mouna Jemal Siala à la Maison de France à Sfax!

Suite numérique: l’exposition de l’artiste Mouna Jemal Siala à la Maison de France à Sfax!

ÉCRIT PAR Rania Lahmer

Dans le cadre du novembre numérique à la Maison de France à Sfax, découvrez à partir du 9 novembre 2018 l’exposition « Suite numérique » intitulée « Suite Kairouan » de Mouna Jemal Siala. À cette occasion, Mouna Jemal Siala donne la parole à ses invités Houda Ghorbel et Wadi Mehri pour une "Suite Ward et Cartouch".

Le mois de novembre sera de nouveau numérique à l’Institut français de Sfax avec une programmation riche entre ateliers, musique numérique et conférence. C’est à cette occasion que l’exposition de l’artiste Mouna Jemal Siala aura lieu.

Mouna Jemal Siala est une artiste visuelle, protéiforme. Son art articule le numérique, le virtuel et le réel. Préoccupée par le souci de garder la mémoire d’une action, d’un événement, d’un vécu, elle sillonne son histoire personnelle, liant de manière indissociable sa vie et son art. Ses triplés, son corps de femme et les événements de son pays traversent son œuvre. Son regard d’observation passe de l’intime et du particulier au général et à l’objectif. Elle invite dans le cadre de son exposition un duo d’artistes: Houda Ghorbel & Wadi Mhiri pour une « Suite Ward et Cartouch ». Artistes visuels, multidisciplinaires, indépendants, ils sont installés à Tunis. Leurs œuvres croisent les genres: installation, vidéo, performance et architecture de l’espace. Les œuvres de Houda et Wadi interrogent l’histoire, le territoire, le contexte socio- politique et la culture religieuse.

Pour en savoir plus, cliquez ici!

À découvrir aussi
ideo