«Longueur d’un pas», première exposition personnelle de Dorra Mahjoubi à la galerie parisienne Lalalande

«Longueur d’un pas», première exposition personnelle de Dorra Mahjoubi à la galerie parisienne Lalalande

ÉCRIT PAR Edia Lesage

Dans le cadre du Printemps Culturel Tunisien à Paris, de la Biennale de la Mémoire d'île de France et du Collectif 3C, l’artiste Dorra Mahjoubi organise son exposition personnelle à la galerie LALALANDE à Paris. L’exposition s’intitule «longueur d’un pas ». Le début d’une longue marche.

La galerie «LaLaLande», dirigée par Ilyès Messaoudi et son associé Sofien Trabelsi a ouvert en novembre 2017. On ne le répètera jamais assez, ses concepteurs veulent en faire un lieu hybride de création et de rencontres ainsi qu’un endroit consacré aux artistes de la Méditerranée… et de tous bords. Ainsi, la galerie a participé au salon du dessin à Paris. Après l’exposition très remarquée, intitulée «1480 km» qui réunissait 12 artistes des deux rives autour du thème du voyage et de la distance entre Tunis et Paris, la galerie, fidèle à sa vocation, accueille l’artiste Dorra Mahjoubi et lui ouvre son espace pour sa première exposition personnelle. Le vernissage de l’exposition, aura lieu le mercredi 20 juin 2018 à 18h.

La fête de finissage se fera le 5 Juillet 2018 à 18h après le débat organisé par le Printemps Culturel Tunisien sur l’Art Contemporain Tunisien en présence de l’artiste, qui est aussi chercheuse en histoire de l’art contemporain ainsi que d’autres acteurs de la scène artistique tunisienne.

Diplômée de l’Institut Supérieur des Beaux Arts de Tunis en 2016, Dorra Mahjoubi poursuit des études en Histoire de l’Art à l’Université Paul Valéry à Montpellier.

L’attachement de cette artiste à la spontanéité du geste pictural oriente sa recherche artistique vers les principes de l’action painting. Ses œuvres portent ainsi la marque de la présence du peintre face à la toile: le corps, source du mouvement, est l’origine et la raison de ses compositions.

Installée en France depuis deux ans, l’artiste traite essentiellement de la problématique de l’immigration à travers la question du mouvement du corps dans l’espace. Elle raconte cette quête à travers une anecdote lourde de sens: alors qu’elle cherchait désespérément à se loger, à Montpellier, la voilà qui chute et se voit immobilisée. Cela tombait, si on peut dire très mal. Elle fera de sa première marche de convalescente une vidéo qui sera montrée lors de l’exposition.

«Un voyage de mille milles commence par le premier pas.» disait Lao Tseu. Elle en fera sa démarche ainsi que le titre de son exposition, car c’est un parcours qu’elle retrace ici, parti de  la longueur d’un pas, elle entame sa longue marche.

On ne s’étonnera guère du succès de son happening, à la fontaine des Innocents, au Châtelet, en l’honneur des naufragés de Kerkennah où elle avait fabriqué un bateau avec une de ses toiles et invité les spectateurs à s’y installer : l’émotion était au rendez-vous et la petite embarcation, qui rappelait un suaire, finit par être immergée.

Cette jeune femme en pleine éclosion travaille sur la mémoire personnelle et collective et l’appropriation de l’espace à travers l’empreinte qu’on y laisse. Son œuvre, à la fois esthétique et conceptuelle, évoque avec une grande sensibilité la trace de l’être humain sur terre.

Avec sa gestuelle et ses couleurs vives, elle sillonne les rues, elle se les approprie à travers ses propres pas et ceux des autres, ces étrangers qui pour elle deviennent aussitôt des proches. La somme des pas de l’artiste dans les espaces publics abolissent les frontières et s’enracinent dans une réalité voulue, rêvée ou attendue. L’empreinte est son arme contre l’oubli. Dorra Mahjoubi présentera divers formats, quatre vidéos, dont une que vous pourrez-voir ci -dessous, ainsi que plusieurs installations qui tous murmurent le vécu des traces et des matières.

Dorra Mahjoubi, elle, cite ce proverbe arabe : « Celui qui ne se plante pas ne poussera jamais ». Elle continue ainsi: « Prendre racine de chaque côté de la mer c’est affronter sans cesse l’absence, c’est accepter de se bâtir en silence, c’est paradoxalement exister deux fois et n’exister qu’à moitié».

Galerie La La Lande 11 rue Lalande 75014 Du mardi au samedi de 14:00 à 21:00 et sur rendez-vous.

INFOLINE :

Ilyes Massaoudi + 33 7 68 10 80 25

Sofien Trabelsi   + 33 6 40 56 12 54

 

pub TU 1
À découvrir aussi
ideo facebook