Les « Pop up gallery » de Michela Marguerita Sarti et Alia Derouiche Chérif fêtent leur première bougie!

Les « Pop up gallery » de Michela Marguerita Sarti et Alia Derouiche Chérif fêtent leur première bougie!

ÉCRIT PAR Edia Lesage

En novembre dernier, Michela Marguerita Sarti et Alia Derouiche Chérif inauguraient la première "pop up gallery" au Cap, à Gammarth, suscitant l'engouement et la curiosité. Une galerie éphémère, quelle idée, en effet! Le concept bousculait les codes et c'était l'occasion pour les artistes représentés de pouvoir communiquer avec les visiteurs, les amateurs et les collectionneurs.

Ces deux artistes et commissaires n’en sont pas tenues à cette « première » réussie et ont récidivé , recréant à chaque fois le « buzz » autour d’un événement inattendu et délocalisé grâce à leur « Pop up gallery ». Les idées reçues ont la vie dure mais force fut de constater que les deux complices, avec beaucoup d’humour ,de professionnalisme et d’efficacité ont réussi à s’imposer trimestriellement avec à chaque fois des artistes de renommée et ce malgré un calendrier personnel chargé: Alia Derouiche Cherif vient d’exposer en solo « Ifriquiettes » à La Musk and Amber Gallery et Michela Marguerita Sarti est commissaire de l’exposition au Maroc itinérante « Mekn’Art », réalisée en collaboration avec des artistes marocains .

C’est ainsi que des événements éphémères aux noms issus de jeux de mots malicieux où la magie n’est jamais absente ont rythmé l’année:  » DAR D’ Art ni « , « Oops I did it again » à la galerie Sophonisbe, en janvier « Psst it’s there » en mars, « Miz Moz Maz » -« Abracadabra » au mois de mai , à la galerie Alain Nadaud.

Avec l’exposition « supercalifragilisticexpialidocious »-Qui ne se souvient pas de Marie Poppins?- à la galerie Alain Nadaud, du 26 au 28 octobre 2018, elles reprennent l’année avec le même concept de « Pop up gallery » avec des artistes de leur connaissance. Le choix est toujours porté vers de petits formats, ce que Michela Margherita Sarti faisait depuis longtemps dans son ancienne galerie, «Efesto», à La Marsa. «Des petits formats à de petits prix», afin d’encourager les acheteurs et créer une dynamique  autour des artistes présentés. Ceux-ci, venus d’horizons professionnels et géographiques divers (La Tunisie, l’Algérie, le Maroc, la Grèce, la France, l’Italie, la Grèce et la Russie) présentent des œuvres qui ont vocation à nous emporter mais aussi à voyager par delà les frontières.

Les artistes de la cinquième édition qui ont été exposés  et ont bénéficié d’une forte visibilité sur une courte durée sont les suivants: Houda Ajili , Kaouther Bahri Dargouth ,Sonia Ben Slimane, Mohamed Amine Hammouda, Mohamed Ben Dhia, Marianne Catzaras, Malek Ennaifer, Nesrine Elamine, Meriem Dachraoui, Fatma Fehri, Mouna Fradi, Mourad Harbaoui, Fayçal Mejri, Hend Megdiche, Jneïna Messaoudi, Amira Mtimet , Souheil Nachi, Malek Saadallah, Walid Zouari, Alia Derouiche Cherif, Michela Marguerita Sarti.

pub TU 1
À découvrir aussi
ideo facebook

On fait quoi ce week-end?

On fait quoi ce week-end?

ÉCRIT PAR La rédaction

Vous ne savez pas quoi faire lors du week-end du samedi 29 et du dimanche 30 septembre 2018? Ideo magazine a sélectionné pour vous le meilleur des sorties culturelles et des festivals qui valent le détour.

// Le film «Papa Hedi», enfin dans les salles de cinéma!

Découvrez toutes les salles de cinéma dans lesquelles il sera diffusé en cliquant ici. 

// «À l’endroit du temps», une exposition collective à la galerie Alain Nadaud

Quand? Du 21 septembre au 4 octobre 2018.

Où? À la galerie Alain Nadaud.

Pour en savoir plus sur l’événement c’est par ici. 

// «Graines de pensée»: une exposition de Farah Khelil à la Selma Feriani Gallery

Quand? Du 23 septembre au 28 octobre 2018.

Où? À la Selma Feriani Gallery.

Pour en savoir plus sur l’événement c’est par ici. 

// «Les villages du vent»: Marwen Trabelsi expose ses photographies au Musée du Bardo

Quand? Du 25 septembre au 14 octobre 2018.

Où? Au musée du Bardo

Pour en savoir plus sur l’événement c’est par ici. 

// « Ifriqiyettes »: Exposition de Alia Derouiche Cherif à la galerie Musk and Amber

Quand? Vernissage le 28 septembre 2018.

Où? À la galerie Musk and Amber.

Pour en savoir plus sur l’événement c’est par ici. 

// «Bollywood»: La 24ème édition de Mood Talent!

Quand? Du 28 au 30 septembre 2018.

Où? À l’hôtel Dar El Marsa.

Pour en savoir plus sur l’événement c’est par ici. 

pub TU 1
À découvrir aussi
ideo facebook

« Ifriqiyettes »: Exposition de Alia Derouiche Cherif à la galerie Musk and Amber

« Ifriqiyettes »: Exposition de Alia Derouiche Cherif à la galerie Musk and Amber

ÉCRIT PAR Edia Lesage

"Ifriqiyettes" est la première exposition personnelle d’Alia Derouiche Cherif, architecte d’intérieur, enseignante et styliste. L’artiste aux grands yeux noirs malicieux et au sourire coquin contagieux installe ses portraits pendant trois semaines à la galerie Musk and Amber.

Au premier regard, nous croyons reconnaître des icônes orientalistes classiques mais en s’attardant sur les portraits, on découvre bien d’autres histoires. Bakhta, Maria, Beya, Nefissa, Atika, Zannoukha, Tofaha, Mahbouba, Arbia, Kmar … quarante femmes sont remises en majesté, loin des représentations exotiques érotisantes des photographies d’origine. Ces « Ifriqiyettes » viennent de l’Ifriqya et de l’Egypte et elles se sont rhabillées, déshabillées, maquillées, tatouées avec les codes et les tendances d’aujourd’hui et même de demain.

Elles posent frontalement sur des arrières-plan enluminés de zelliges, d’arabesques et de calligraphies, ou sur des murs lépreux et tagués qui les magnifient. Les techniques diverses anciennes et nouvelles du dessin de mode sont utilisées, les feutres, les crayons, les encres, l’aquarelle les rehauts de feuilles d’or. On navigue entre les camaïeux de bleus et de bruns entourés de cadres vintages sculptés et patinés pour achever l’intemporalité de la représentation.

Toutes ces femmes issues pour la plupart des années vingt ont été généralement saisies par l’objectif de photographes célèbres, Lehnert et Landrock, Jean Geiser, Marc Garranger… Grâce à Alia Derouiche Cherif, elles ont acquis une identité moderne, impertinente et troublante. Elles étaient sans doute de modeste condition et les voilà princesses et mannequins, saintes profanes, adulées et distantes. Elles sont devenues résolument contemporaines, de cette contemporanéité faite de mélanges, de métissages et d’improbables rencontres.

Elles ont le côté décalé d’une Nina Hagen moderne et muette, aux cheveux colorés, coiffées d’un tarbouche, d’un turban ou d’une improbable auréole, vêtues de jeans délavés ou lacérés, légèrement habillées de paréos «marioulés», de saris, de tchapans, de précieux tissages brodés. Ainsi drapées, elles sont parées de bijoux antiques, intemporels anyway.

On pourrait imaginer qu’après ces longues séances de pose, ces jeunes modèles s’évadent de leur cadre et se transforment en mannequins professionnels se déhanchant en musique sur le podium d’une maison de couture bordé de clients potentiels et de journalistes de mode. Il s’agirait d’une collection baroque de femmes libres et affranchies, incarnations d’une mémoire collective et de souvenirs personnels, selon l’inspiration de l’artiste, qui enseigne le stylisme.

Vernissage de l’exposition de Alia Derouiche Cherif, le vendredi 28 septembre à partir de 18h00. L’exposition durera trois semaines.

Angle Rue Ghar El Melh et la Rue du Lac Malaren

Tunis- Les berges du Lac.

Fb: Musk and Amber Gallery/ Instagram : @muskandambergallery

Tel: 71 861 355

pub TU 1
À découvrir aussi
ideo facebook