Le Louvre consacre une exposition au peintre Soulages à l’occasion de son centième anniversaire

Le Louvre consacre une exposition au peintre Soulages à l’occasion de son centième anniversaire

ÉCRIT PAR Khadija Hamdi Soussi

«Si l’on trouve mes peintures seulement noires, c’est qu’on ne les regarde pas avec les yeux mais avec ce que l’on a dans la tête» Pierre Soulages.

On parle désormais de bleu Klein, depuis que l’artiste français Yves Klein a déposé son bleu à l’institut national de la propriété industrielle. Dès lors, il devient quasi impossible de passer devant une œuvre de Klein sans la reconnaître. Cette évidence est aussi la signature des grandes toiles noires de Pierre Soulages.

Peintre et graveur français et représentant de la peinture informelle[1], Soulages consacre, dès les années 50, la quasi-exclusivité de sa palette au noir. Ses peintures ne sont pas reconnues comme de simples monochromes, mais comme une manière de traiter la lumière comme de la matière. Il joue avec les nuances du noir, qui selon lui, peut être transparent ou opaque, brillant ou mat, lisse ou grenu. Chez Soulages tout est donc question de nuances, de contrastes et de variations. Si tout semble noir dans son œuvre, il faut savoir chercher et trouver la lumière, et c’est elle qui nous guidera, selon ses variations, vers des gammes de couleurs différentes allant du noir profond au gris clair jusqu’au bleu marine.

Ainsi, le travail de Soulages ne se résume pas au simple noir mais, à une quête infinie des mystères de la lumière et des surfaces réfléchies, cherchant par là même, à explorer les secrets impalpables du noir.

En 1979, pour ne pas limiter ses peintures à un phénomène optique, il a inventé le mot « Outrenoir », qui marquera un tournant dans sa carrière et sa manière de faire. Ces dites « Outrennoirs » sont réalisées à partir d’un seul pigment noir, le noir ivoire, présentant des états de surface changeants selon la technique utilisée, l’épaisseur et le traitement de la couche picturale.

En 2009, et à l’occasion de son quatre-vingt dixième anniversaire, le centre Pompidou a présenté la plus grande rétrospective jamais consacrée à un artiste vivant depuis le début des années 80; en 2014 sa ville natale inaugure le musée Soulages et en juin 2017 son œuvre «Peinture 162*130» a fait flamber les enchères chez Sotheby’s Paris en atteignant la somme de 6.1 millions d’euros. Pierre Soulages est également représenté dans plus de 110 musées sur tous les continents avec plus de 230 peintures.

Né le 24 décembre 1919 à Rodez (Aveyron), Pierre Soulages, qui continue de peindre aujourd’hui à un rythme soutenu, fêtera son centième anniversaire en décembre prochain. À cette occasion, le musée du Louvre lui consacre une exposition exceptionnelle dans le prestigieux Salon Carré. Cette exposition – hommage prend le parti de rendre compte du parcours chronologique de l’oeuvre de 1946 à aujourd’hui, en représentant par un choix resserré, les huit décennies pendant lesquelles Soulages a développé ses recherches. La rare longévité de la carrière de l’artiste est ainsi illustrée par un choix d’oeuvres majeures provenant principalement des plus grands musées français et étrangers.

[1] La peinture informelle est un mouvement pictural né au début des années 50 en Europe et aux Etats-Unis désignant de nombreuses tendances de la peinture moderne comme l’abstraction lyrique, l’expressionnisme abstrait ou l’action painting.

Quand: du 11 décembre 2019 au 9 mars 2020

Où: Le Louvre à Paris

À découvrir aussi