Retour sur l’œuvre de l’un des plus grands peintres tunisiens, Hatim El Mekki!

Retour sur l’œuvre de l’un des plus grands peintres tunisiens, Hatim El Mekki!

ÉCRIT PAR Rania Lahmer

Considéré comme l'une des figures marquantes de la peinture tunisienne, Hatim El Mekki fut un artiste prolifique et polyvalent, se distinguant par un style artistique particulier, à mi-chemin entre le figuratif et l’abstrait. On vous dit plus sur ce peintre tunisien exceptionnel!

//Hatim El Mekki, un artiste polyvalent

Grâce à son talent de dessinateur,  Hatim El Mekki (1918 – 2003) né à Jakarta, a pu bénéficier de nombreuses bourses pour poursuivre ses études. Il a fréquenté le lycée Carnot de Tunis, ensuite il a effectué des études à Lyon et Paris, où il a pu acquérir un grand savoir-faire, lui permettant plus tard de mener une carrière des plus polyvalentes. En effet, il a été peintre, affichiste, plasticien et aussi caricaturiste. Engagé politiquement, il a aussi réalisé des dessins politiques soutenant la résistance nationale contre la colonisation française.

// Œuvre prolifique et multiforme

Les plupart des peintures de Hatim El Mekki sont abstraites, mais certaines d’entre elles ont été réalisées dans un style figuratif, au service d’une clientèle européenne et de l’état indépendant tunisien.

Grâce à diverses techniques (l’huile sur toile, aquarelle, mine sur plomb..), Hatim El Mekki créait des toiles représentant la nature et des sujets de la vie réelle, à travers des formes, des contours, des lignes, des espaces, des jeux de fonds et de formes et des superpositions textes-images, abstraits et ouverts à plusieurs interprétations.

Parmi les œuvres de Hatim El Mekki, on peut citer : Le couple (1955), enfant du coq (1955), Gendarme français arrêtant un patriote (1955) et les réfugiés (1958). Sans oublier les dessins des pièces et billets de banque tunisiens de cet artiste ainsi que ses 454 modèles de timbres postaux dessinés entre 1957 et 1995, qui ont fait sa popularité.

// Une reconnaissance à l’échelle internationale

Après une 1ère exposition à la galerie d’art Claridge à Tunis au début des années 1930, Hatim El Mekki s’installe à Paris grâce à une bourse qu’il a obtenue du gouvernement. Dans la capitale française, il a travaillé dans les industries du film et de la publicité, et a aussi collaboré avec le magazine français d’audience mondiale «Marianne». De retour de Paris, il a exposé à Alger et à Tunis pour revenir après la seconde guerre mondiale en France, et exposer dans des galeries telles que L.L. Galerie Rosenberg, Galerie des Nations Unies et Galerie Suillerot. Pendant la même époque, c’est-à-dire vers la fin des années 1940, Hatem El Mekki reçoit le prix du premier poster et fait la rencontre de grands noms en littérature, philosophie, arts .. tels que le grand écrivain français Albert Camus, le philosophe Gaston Bachelard, ainsi que Gertrude Stein, qui a découvert Picasso. Sans oublier le fait que ce peintre tunisien a réalisé des illustrations pour de nombreux auteurs internationaux.

Lorsqu’il rentre à Tunis au début des années 1950, il réalise une série de très grandes peintures murales pour le collège de Khaznadar et une mosaïque d’une soixantaine de mètre carré à Bizerte, en Tunisie.

Quelques années plus tard, Hatim El Mekki a commencé à enchainer des expositions dans les galeries et espaces culturels les plus prestigieux du monde. Il a été invité à exposer en Allemagne (Cologne, Bonn et Mayence, Berlin), il a participé à de nombreuses expositions au Caire (Égypte), aux États-Unis, au Albert and Victoria Museum de Londres, au musée de Séoul (Corée du Sud) où il a été décoré. Et ce ne fut pas sa seule décoration car ce peintre tunisien a pu recevoir également la Croix de la Légion d’Honneur, en France en 1980, la Médaille d’or en Bulgarie, l’Ordre du Nil en Égypte, l’Ordre du Peacock en Iran ainsi que la Médaille du mérite en Russie, ce pays où il a été membre international de son Académie des beaux-arts.

Il a été aussi nommé grand officier de l’ordre du mérite culturel tunisien, et reçu à Beijing en Chine, où l’étude de son art a été recommandée à l’Académie des Beaux-Arts de Chine.

Son travail se trouve dans de nombreuses collections privées et publiques telles que la collection impériale de Tokyo.

Tous ces exploits ne sont pas passés inaperçus. Hatim El Mekki a fait effectivement l’objet de diverses éditions de livres ainsi que d’articles de presse tels que dans le New York Times et le Washington Post.

À découvrir aussi
ideo