« L’inattendu »: Quand la magie de la danse rencontre l’objectif de Lina Ben Ayed

« L’inattendu »: Quand la magie de la danse rencontre l’objectif de Lina Ben Ayed

ÉCRIT PAR Edia Lesage

Du 18 au 27 juin 2019 se déroule l'exposition personnelle de la photographe Lina Ben Ayed à la Musk and Amber Gallery. Retour sur cet événement!

La danse est un acte de foi et un acte d’amour. Elle est une prière individuelle ou collective, profane ou sacrée. Serge Lifar.

À Barcelone, du premier regard, jaillit la certitude. El Yiyo était celui qui personnifiait le flamenco, cette danse de postures extrêmement tendues et précisément enchaînées les unes aux autres. Alors Lina Ben Ayed, en studio à Madrid, l’a capturé, a figé ses postures de styliste concentré, lui le gitan devenu l’incarnation du flamenco espagnol. Elle l’a saisi dans des instantanés qui nous dévoilent le total abandon du danseur à sa photographe et que l’on pourrait croire peints par Soulages.

Lina Ben Ayed © Musk and Amber

Danse, photographie, il y a aussi le soufisme dans l’univers artistique de Lina. Rencontrée sur la toile, Rana Gorgani est apparue comme la synthèse évidente: derviche, soufie, iranienne (donc interdite de danse dans son pays) et totalement dédiée à son art. Mise en confiance, elle a à son tour laissé Lina capturer ses postures successives qui montrent la magie du corps habité par par l’Amour et l’élévation de l’esprit.

El Yiyo et Rana Gorgani ont répondu à l’invitation de la photographe en lui composant chacun de leur côté un solo pétri de lumière. Dans un espace défini par les éclairages, les corps des danseurs tracent des lignes très graphiques dans le rythme et dans l’espace.

Progressivement, les lignes se rencontrent, les bras, les mains interfèrent avec les rayons lumineux, les jambes se croisent et se décroisent selon une scansion que l’on devine. Puis, le mouvement s’accélère dans une dynamique circulaire d’où surgit une sensation d’ivresse. Une obsession d’élévation évoque le mythe d’Icare. Seul un cadre de lumière demeure, et les danseurs s’effacent dans le noir, nous laissant la trace évanescente de leur passage.

L’exposition de Lina Ben Ayed © Musk and Amber

Lina les avait rencontrés séparément, dans son cœur. Elle les avait reconnus comme membres d’une même famille. Aujourd’hui, de manière inattendue El Yiyo et Rana Gorgani se rencontrent à la galerie Musk and Amber. En exposant ces deux artistes qui ne se sont jamais vus Lina les nourrit de sa propre histoire et donne l’occasion à chacun d’eux de partager avec le public un moment unique.

Les artistes sont intensément présents: «on les entend danser» a remarqué un regard aiguisé. On s’attendrait à ce qu’ils sortent de leurs images en noir et blanc pour venir main dans la main nous rencontrer à leur tour et faire la révérence. Pour ces photographies de Lina ben Ayed, quel meilleures légendes que les propos de Rudolf Noureev: «Pour moi, la pureté du mouvement n’était pas assez . J’avais besoin d’expression, de plus d’intensité, de plus de mental » et ceux de Leïla Hassan: «La performance technique n’est rien en soi, la danse commence quand on y met une âme».

«L’inattendu» exposition personnelle de Lina Ben Ayed

Galerie Musk and Amber.  Rue du Lac Malären, Berges du Lac 1.Tunis.

 

pub TU ramadan
À découvrir aussi
pub TU