Le palais Saf saf d’Ahmed Bey à La Marsa: un bijou architectural menacé de disparition!

Le palais Saf saf d’Ahmed Bey à La Marsa: un bijou architectural menacé de disparition!

ÉCRIT PAR Rania Lahmer

Le Palais Saf saf d'Ahmed Bey à la Marsa qui se trouve aujourd’hui dans un état dégradé majeur, fut pourtant autrefois une résidence beylicale prestigieuse. On vous dit plus sur ce monument historique!

La Tunisie regorge d’édifices d’une grande richesse architecturale et historique, notamment les palais beylicaux. Mais très souvent, faute d’entretien, ces derniers se trouvent dans un état critique et risquent même de disparaitre. À cause d’une volonté de rompre complètement avec la monarchie beylicale et le colonialisme, aucun effort de préserver ces édifices, n’a été effectué par le gouvernement du président Habib Bourguiba. Cette indifférence vis-à-vis de ces grandes bâtisses historiques s’est poursuivie jusqu’à aujourd’hui, à l’exception de quelques initiatives isolées et non suffisantes pour sauvegarder ces bâtiments qui font partie de la mémoire collective et de l’histoire du pays.

À la Marsa, la majorité des palais Beylicaux ont souvent disparus à cause de leur détérioration au fil du temps, ou remplacés par des maisons et des immeubles privés. Le Palais Saf saf d’Ahmed Bey a connu le même sort. Délaissé pendant de longues années, cet édifice a fini par se trouver dans un état de délabrement avancé. Son lustre d’antan est à peine visible à cause de sa déchéance. Cet héritage oublié était pourtant une résidence prestigieuse d’Ahmed Bey, qui date de 1847. Avant d’être acquis par ce dernier, ce palais a été construit par son beau frère Giuseppe Maria Raffo, dans un style italianisant aux influences arabes. Sa décoration est imprégnée des styles occidentaux de la fin du 19ème siècle, à savoir l’espagnol et l’italien, mélangée avec des styles traditionnels, mauresques et turques. Le style éclectique de ce palais, est à l’origine entre autres, de sa grande richesse.

Ce palais Saf saf d’Ahmed Bey a été cédé par les descendants d’Ahmed Bey à un consortium saoudien, qui voulait le démolir pour ériger à sa place un immeuble à vocation commerciale. Aujourd’hui, des maisons sont construites illégalement dans ses jardins. De nombreuses personnes sans abris l’ont également squatté  régulièrement. Et bien qu’il soit classé comme monument historique national par la commission nationale du patrimoine en 2013, ce palais n’a pourtant pas fait objet de projets de sauvegarde. Il est toujours dans un état de dégradation majeur et est en grande partie en ruine. Il est aujourd’hui fermé et placé sous surveillance.

pub TU 1
À découvrir aussi
ideo facebook