Quand Paul Klee découvrit la Tunisie

Quand Paul Klee découvrit la Tunisie

ÉCRIT PAR Inès Ben Azouz

Le 6 avril 1914, trois artistes sont arrivés en bateau au port de Tunis. Paul Klee et ses amis peintres August Macke et Louis Moilliet. Ce voyage de 12 jours à travers le pays transformera à jamais la peinture de Paul Klee....

Connu pour être un grand peintre, Paul Klee a pourtant commencé sa carrière en tant que graphiste. D’origine Germano-Suisse, c’est ici, en Tunisie, qu’il embrassa pour de bon son statut d’artiste.

//Un voyage transformateur

C’est sur les conseils d’un autre ami et grand peintre du XXème siècle, Vassili Kandinsky – qui a lui-même visité la Tunisie en 1904 – que Paul Klee décida, 10 ans plus tard, d’entamer le même voyage. Mais pas par hasard. Il est venu en Tunisie avec un projet. Celui de s’accomplir. De passer de la théorie à la pratique artistique en trouvant sa touche personnelle, sa patte d’artiste, ce qui fera de lui un peintre unique. Et c’est ce qu’il trouva. Ce voyage fera date dans l’histoire de la peinture et de Paul Klee. Ce séjour l’a aidé à se libérer du figuratif, a fait de lui un des pionniers et fondateurs de l’art abstrait en Europe. Et lui a également permis de réaliser 35 aquarelles et 12 dessins, tous inspirés par son voyage tunisien.

//Le rôle clé de la lumière et des couleurs

Parti de Bern sur le bateau « Le Carthage », Sidi Bou Saïd sera le premier paysage que Paul Klee verra. Son voyage artistique commencera par la Médina de Tunis, puis Saint-Germain (appelée aujourd’hui Ezzahra), la Goulette, Carthage, Hammamet et finit après 8 jours de voyages à Kairouan. C’est cette dernière qui le marqua le plus et transformera définitivement sa peinture. Les motifs de tissages des tapis kairouanais l’ont longtemps fascinés et se retrouvent d’ailleurs dans la majorité de ses œuvres. C’est dans cette ville qu’il a eu cette illumination qu’il confiera dans son journal: «La couleur me possède. Je n’ai plus besoin de l’attraper. Elle m’a conquis pour toujours, je le sais. La couleur et moi ne faisons qu’un. Je suis peintre». Formes, couleurs, lumière, composition, lignes architecturales… En Tunisie, dont il dira «ce pays qui me ressemble», une géométrie nouvelle est née sous ses pinceaux.

 

 

 

 

À découvrir aussi