La destruction de l’hôtel de ville de Jendouba soulève une vague d’indignation : les précisions de l’Institut National du Patrimoine

La destruction de l’hôtel de ville de Jendouba soulève une vague d’indignation : les précisions de l’Institut National du Patrimoine

ÉCRIT PAR Amine Rouissi

Datant de 1930, l'hôtel de ville de Jendouba est un des vecteurs historiques de la mémoire collective de cette ville du Nord-ouest de la Tunisie. Sa destruction a provoqué une vague d'indignations de citoyens et d'organisations de la société civile condamnant un acte irréfléchi qui rase un précieux bien patrimonial.

Qualifiée d’acte illégal ou encore de crime contre la mémoire collective de Jendouba, la destruction de l’hôtel de ville a suscité de vives condamnations. Une vague d’indignation auprès des citoyens, associations et médias.

L’association Édifices & Mémoires qui œuvre pour la réappropriation et la valorisation du patrimoine architectural Tunisien a publié un communiqué condamnant fermement un acte barbare accompli contre l’héritage bâti de l’ensemble des Tunisien(ne)s.

De son côté, l’Institut national du Patrimoine précise qu’il a entamé des démarches en vue de la protection juridique de l’édifice depuis l’annonce de sa destruction au cours de l’année 2018. L’architecte responsable de Jendouba a préparé une étude historique et architecturale de l’hôtel de ville pour justifier sa conservation.

Sonia Slim, architecte en chef de l’INP chargé des études et suivi de projets de restauration de monuments historiques, rappelle que l’institut a mis à la disposition du projet de réhabilitation du monument un architecte et deux ingénieurs. Leur mission principale était d’assister techniquement la municipalité pour la conservation du monument.

En dépit des efforts déployés auprès des autorités locales dans les réunions et via les multiples courriers envoyés, l’absence de coopération du service technique de la municipalité a engendré ce drame. En respect du code du patrimoine, L’INP a fait un arrêté de protection préventif qu’il a renouvelé à 2 reprises. Le dossier de classement a été élaboré par leur services et il allait être proposée à la commission nationale du patrimoine sous peu.

pub TU ramadan
À découvrir aussi
pub TU