L’hôtel du Lac, la plus importante expression de l’architecture brutaliste en Tunisie

L’hôtel du Lac, la plus importante expression de l’architecture brutaliste en Tunisie

ÉCRIT PAR Rania Lahmer

Conçu en 1973 par l’architecte italien Raffaele Contigiani, l’hôtel du Lac est l’un des plus anciens hôtels en Tunisie. Cet édifice a révolutionné le paysage architectural tunisien durant cette époque grâce à sa structure emblématique issue du courant brutaliste.

Si aujourd’hui le bâtiment est vide, abandonné et sous la menace de la démolition, l’hôtel du Lac a connu autrefois son heure de gloire en tant que chef d’œuvre architectural annonçant une nouvelle ère pour la Tunisie. Cet édifice sous forme d’une pyramide inversée, témoigne de l’avant-gardisme du pays dans les années 1970. L’époque durant laquelle cet hôtel a connu son apogée, et a accueilli des invités internationaux de renom, ainsi que des hommes d’affaires, des politiciens et la nouvelle élite tunisienne. Parmi les célébrités qui ont séjourné dans cet hôtel on peut citer James Brown et son groupe.

// Une icône architecturale brutaliste des plus importantes

Construit comme une expression de la modernité et de l’indépendance de la Tunisie, l’Hôtel du Lac a effectivement réussi à générer un nouveau symbolisme architectural dans la ville grâce à sa structure brutaliste. Cette dernière a pu se rebeller des formes architecturales traditionnelles (La Médina de Tunis) et coloniales (Théâtre Municipal, la Cathédrale Saint-Vincent-de-Paul) de l’Avenue Habib Bourguiba.

En plus du contraste qu’elle a pu créer avec l’architecture environnante, la structure de l’Hôtel du Lac est très fonctionnelle. Elle a effectivement été pensée pour utiliser le moins d’espace au sol, en étant une construction élevée. La forme pyramidale inversée a permis d’avoir plus de chambres avec vue sur les étages supérieurs.

L’intérieur de cet hôtel était aussi riche que son allure extérieure. On y trouvait des sols en linoléum, du mobilier ultra moderne et des matériaux des plus nobles.

Après l’âge d’or qu’a vécu cet hôtel, ce dernier a fermé ses portes en 2000 après des années de mauvaise gestion de la part d’une entreprise privée qui a racheté l’hôtel lors de la vague de privatisations des années 1990. Et après plus qu’une décennie de fermeture et d’abandon, ce chef d’œuvre brutaliste est aujourd’hui en péril depuis que la société libyenne «Lafico » a pris la décision de le démolir au profit d’un nouvel hôtel de luxe.

Une destruction qui risque d’effacer une part illuminée de l’histoire architecturale de la Tunisie, et de faire perdre un témoignage important d’architecture brutaliste au Maghreb.

À découvrir aussi
ideo facebook