Gabès Cinéma Fen à Stuttgart le temps d’un week-end

Gabès Cinéma Fen à Stuttgart le temps d’un week-end

ÉCRIT PAR Edia Lesage

Le plus jeune festival de cinéma et d’arts visuels de Tunisie, le Gabès Cinéma Fen est accueilli par une des plus anciennes institutions culturelles allemandes, le Württembergisher Kunstverein de Stuttgart tous deux fidèles à leur vocation de découvreurs de talents et d’acclimatation d’expressions artistiques nouvelles.

Gabes Cinéma Fen est un festival annuel de cinéma et d’art vidéo. Sa programmation porte sur une sélection de films d’auteurs arabes et indépendants ainsi que de vidéos d’artistes contemporains tunisiens et internationaux, célébrant ensemble l’image en mouvement. Installé dans le sud tunisien, dans la ville de Gabès, il a pour vocation de présenter des films et des vidéos d’auteur qui se situent hors des tendances cinématographiques attendues et sont donc susceptibles d’interprétations multiples.

Ce festival veut initier une initier une réflexion sur l’image dans toutes ses déclinaisons fixes et en mouvement : cinéma, vidéo et photographie.

Ainsi, la première session de Gabès Cinéma Fen en 2019 comportait une section dédiée à l’art vidéo, présentée principalement sur la corniche de Gabès, dénommée « El Kazma » du nom des « casemates » (Bunker) vestiges de la seconde guerre mondiale qui s’y trouvent.

Face à la mer, sur la corniche, des conteneurs blancs accueillaient les vidéos comme autant de petits studios. Ces petits mondes à part constituent des postes d’observation de la création contemporaine tunisienne et internationale. El Kazma  est placé, depuis sa création, sous la direction artistique de Malek Gnaoui, artiste visuel. Chaque édition de cette section donne une carte blanche à un commissaire d’exposition.

Le Gabès Cinéma Fen exprime une volonté : celle de participer à renouer le lien entre la jeunesse du sud tunisien et les arts visuels et redonner ainsi une dynamique culturelle à Gabès. Gabès, anciennement oasis maritime d’une rare richesse écologique et économique, ville sinistrée par l’industrie chimique et la cimenterie. Gabès, riche de ses étudiants et notamment ceux de l’Institut Supérieur des Arts et Métiers avec lequel collabore le festival trouve aujourd’hui une ouverture sur le monde grâce au Gabès Cinéma Fen.

La session 2020 était prévue en avril à Gabès .C’était sans compter l’irruption de la pandémie de COVID-19 qui allait bientôt imposer un confinement général. Au lieu d’annuler ou de reporter les promoteurs du festival ont installé leur manifestation en ligne, une première dans le monde arabe. La programmation sous la direction de Fatma Chérif et du directeur artistique Samir Tlili s’est déroulée du 3 au 11 avril sur la plateforme de streaming tunisienne Artify.tn et à l’international pour les vidéos.

El Kazma a commencé son voyage en dehors des conteneurs : la section Art vidéo de Gabès Cinéma Fen a été prolongée jusqu’au 15 avril et a traversé la mer pour s’exposer à la cinémathèque de Saint Etienne, à la galerie   7assala  au Caire, aux Ateliers Sauvages d’Alger à la galerie  Philomela+  de Vienne à la galerie Analix Forever de Genève ainsi qu’à Cinéma galeries de Bruxelles.

Les 18-19-20 septembre 2020 El Kazma sera au Württembergischer Kunstverein de Stuttgart. Avec un programme revisité comprenant cinq longs métrages (fiction et documentaire), cinq courts métrages et dix vidéos d’art issus de la session Gabès Cinéma Fen 2019 et 2020 auquel a été ajouté l’édition « zéro » d’El Kazma de 2018.

Le Württembergischer Kunstverein fondé en 1827 est l’une des plus grandes associations artistiques d’Allemagne, de renommée internationale. Son programme explore des formes nouvelles et inhabituelles de présentation, de transmission et de participation. Il fait appel régulièrement à des curateurs invités.

Pour El Kazma , la curatrice de l’évènement est l’artiste et cinéaste Negar Tahsili. Iranienne d’origine, elle travaille avec différents médiums tels que la peinture, la performance et la photographie. Elle modèrera plusieurs rencontres au cours de l’évènement :

Une séance de discussion entre Rabeb Mbarki, réalisatrice de Tout va bien Lella? un film documentaire sur la catastrophe écologique en cours à Gabès, et deux artistes allemands Sylvia Winkler and Stephan Köperl, auteurs d’une performance traitant de la question. Une seconde séance avec Paul Ardenne, curateur d’El Kazma 2020 et Nadia Kaabi Linke artiste tunisienne résidant en Allemagne et réalisatrice de la vidéo Das Kapital  présenté à El Kazma 2020. Une master class sera animée par l’artiste et vidéaste tunisien Ismail Bahri.

La programmation, riche et variée, témoigne de la conviction que la culture est ainsi faite de rencontres et d’histoires de vie profondes et humaines.  

Où : Württembergischer Kunstverein/ Schlossplatz 2/70173 Stuttgart/+49 (0)711-223370

Programme : Eine Auswahl tunesischer Filmproduktionen des Gabès Filmfestivals/

info@wkv-stuttgart.de
www.wkv-stuttgart.de

Fb : https://www.facebook.com/gabescinemafen/

À découvrir aussi